Salon-apprentissage.fr

Les études post-bac, l'orientation, les diverses formations : toutes les informations dont vous avez besoin.

Quelles méthodes pour limiter la triche dans un examen en ligne ?

Même si beaucoup pensent que les évaluations en ligne incitent les participants à tricher, il faut savoir qu’il existe des méthodes pour remédier à cela. Pour en savoir un peu plus sur ces techniques, retrouvez quelques astuces dans cette rubrique.

Questionner dans un ordre aléatoire

Si les examinateurs posent souvent les questions dans le même ordre, on peut aussi les poser de manière aléatoire. Pour ce faire, il faut d’abord mettre en ligne de nombreuses questions pour l’examen. Puis, configurez le logiciel de manière à ce que chaque étudiant reçoive un lot différent de questions.

Désactiver la fonctionnalité copier-coller

Pour cela, vous devez opter pour un outil de création d’examens en ligne n’autorisant pas la fonctionnalité copier-coller. Ce système va limiter les participants s’ils essayent de trouver les réponses dans un nouvel onglet de leur navigateur.

Etablir un temps limite

Il faut savoir que le fait de tricher peut prendre beaucoup un temps. Pour un étudiant qui s’est bien préparé, il ne lui faut qu’un minimum de temps pour trouver la réponse juste. À côté, un participant mal préparé qui est un tricheur potentiel prendra plus de temps pour pouvoir terminer l’évaluation. La technique ici consiste à définir un temps limite pour faire l’examen ou pour répondre chaque question.

Ne pas montrer les résultats

Certes, le fait de montrer les résultats peut être bénéfique pour les étudiants, puisqu’ils peuvent faire une autocorrection. Toutefois, le problème est la possibilité qu’un participant communique les réponses à un autre. Ainsi, l’idéal est de ne pas afficher tout simplement les bonnes réponses après l’examen.

Construire des sujets à traiter comme un problème

En posant les questions comme un problème (comme les questions à réponse libre), les participants seront alors amenés à faire appel à une compréhension des processus plutôt qu’à une mémorisation d’information de base. Cette technique marche à tous les coups, puisque les réponses ne se trouvent ni sur internet ni dans les livres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *